Découvrez le témoignage de Christine Potier

Association centenaire reconnue d'utilité publique !

Un siècle pour l’enfance

Découvrez le témoignage de Christine Potier

 Pour ce 6ème portrait, l'Ariège est à l'honneur !

 

 

Christine Potier est animatrice socio-culturel depuis 3 ans qui a donc déjà une expérience d’approche avec les enfants. Elle peut également compter sur ses 25 années de directrice de centre de loisirs. Au cœur de l’Ariège à Varilhes, son mari Patrick est artisan Potier (sans jeu de mots inutile par rapport à son métier). Le couple aime faire découvrir la nature et le milieu rural aux plus jeunes dans le but « de leur apporter quelque chose en partageant des bons moments de complicité ».

 

Aucune description disponible.

 

 

 

 

 

Christine précise : « Voici une photo représentant notre lieu de vie : La relation avec notre potager afin que les enfants puissent jardiner, ramasser, et manger les légumes entre autres. Ce sont des moments de partages et de rires avec les enfants et surtout de découvertes ».

 

 

 

 

 

 

 

Une famille soucieuse de faire partager leur univers

 

Cette photo est assez représentative de ce que propose la famille Potier, Christine nous indique: « C'est par le biais de ce coin potager que la curiosité des enfants arrivent, car après la cueillette, ils souhaitent nous aider à préparer la récolte du jour et l’atelier cuisine se crée naturellement. Ils peuvent découvrir aussi la poterie mon conjoint car il a la chance d'avoir son atelier chez nous.»

 

Comment nous ont-ils connu ?

 

C’est grâce à une voisine et aussi amie du couple que l’aventure a pu commencer en 2017. Cette animatrice voulait devenir assistante familiale. Son choix s’est finalement porté sur la garde d’enfants durant le temps des vacances scolaires pour allier son travail et son désir d’accueillir des enfants.

La famille reconnaît notre soutien et notre accompagnement. De plus, les souvenirs sont nombreux et bien souvent positif : « La nature, les animaux, la découverte d’un milieu rural, ce sont des environnements que les enfants n’ont pas l’habitude de voir ». Il faut leur laisser le temps de prendre dès repères: « Au départ, ils sont timides mais après ils se familiarisent assez vite ».

L’objectif est aussi de leur faire découvrir la région : Rien de mieux que de se balader dans des grottes souterraines ou en bord de lacs, de se dépenser à faire de l’accrobranche, ou de visiter des fermes pédagogiques.

 

« Il n’y a pas d’étrangers à la maison. Tous les enfants sont considérés comme chez eux »

 

Au départ, Patrick avait quelques réticences : Comment gérer d’éventuelles crises d’un enfant? Au final, il n’en a pas été question et ce qui lui a plus plu, c’est que les enfants s’intéressent à son métier.

Pour les taches quotidiennes, Christine nous indique: « Je leur demande s’ils souhaitent mettre la table et la débarrasser. Ils sont généralement partants et après ça devient un automatisme ». La famille nous précise tout de même qu’il y a eu 2 moins bonnes expériences car les enfants « se croyaient à l’hôtel ». L’alchimie n’a donc pas opéré pour ces fois-là. Pas de quoi décourager le couple qui relativise : « Ce n’était pas méchant et en plus la plupart du temps ça se passe très bien. Ce qui est touchant aussi, ce sont des liens qui perdurent » comme avec le jeune Dylan, qui revient régulièrement au sein de ce domicile et qui leur écrit souvent.

Nos Conlombants voient aussi des proches de la famille Potier car « Ils sont contents de voir du monde ». De plus, c’est aussi l’occasion de faire à plusieurs des pâtisseries et de la cuisine. Souvent, ces enfants qui n’ont pas toujours confiance en eux, sont satisfait de leurs efforts : « Cela leur donne une meilleure estime d’eux-mêmes ».

 

Pour terminer les vacances en beauté, rien de mieux que la conception d’un album photos en guise de cadeau et de souvenirs avec lequel les enfants repartent.

Quel dévouement, Quelle motivation ! L’attachement et l’implication se sont plus à démontrer...